Interview révélation d'un responsable de la Shueisha: Jean-Baptiste Akira Hattori

Publié le 2014-10-14 00:00:00

Hello les amis! Viz Média vient de publier un entretien fort intéressant d'un responsable éditorial (tantô) de la Shueisha. C'est très rare qu'un tantô parle de son métier. Il est en général dans l'ombre du mangaka. Il a travaillé avec de grands mangakas comme l'auteur de One Piece ( Eiichiro Oda ) ou encore actuellement avec l'auteur de Naruto et celui-ci de World Trigger. On apprend des anecdotes rigolos comme par exemple qu'Eiichiro Oda se dopait aux donuts. Le conseil qu'il donne aux jeunes artistes est très intéressant car ce sont ces valeurs qu'on efforce de transmettre à  TVHLAND. Et on est bien content qu'une personne aussi expérimenté partage notre position. Alors l'interview est en sous-titré en anglais, c'est pourquoi on vous la traduit en français en intégralité juste plus bas.

Bonjour, Je suis Jean-Baptiste Akira Hattori de Weekly Shonen Jump. Je suis actuellement rédacteur en chef pour World Trigger et je gère le média de Naruto. Merci de me recevoir.

Comment êtes vous devenu un rédacteur en chef de manga ?

Au Japon, il est normal de postuler à  plusieurs postes lorsqu'on cherche un travail. Au début je voulais travailler dans le journalisme mais je n'ai pas réussi à  décrocher un poste. Je me suis dit que ce ne serait pas mal de postuler chez Shueisha et j'ai obtenu une proposition. Il y a beaucoup de services au sein de la Shueisha qui ne traitent pas seulement de Jump mais d'autres manga et aussi d'autres journaux - des revues de modes et des tabloïds, par exemple. On m'a mis dans le service Jump. C'était par chance - une pure chance que j'ai atterri la-dedans.

Aviez-vous lu des mangas avant de devenir responsable éditorial?

Je lisais Jump toutes les semaines quand j'étais enfant. Je ne peux pas dire que j'étais fan de manga mais j'étais fan de Jump.

Qu'apportez vous à  l'histoire d'un manga?

Je suis responsable éditorial pour World Trigger donc je vais parler de cette série là . Pour World Trigger, Ashihara crée les personnages et l'histoire tout seul. Il va alors me poser des questions, me demander mon avis. Et s'il est d'accord avec moi, il va modifier des choses. Mais si nous ne sommes pas d'accord et qu'il croit que son idée est meilleure, il va la garder. Ça se fait donc au cas par cas. Il crée d'abord quelque chose et on en discute.

Quand vous évaluez de nouveaux artistes, vous vous concentrez sur leur dessin ou leur capacité à  raconter une histoire ?

Personnellement, j'accorde beaucoup d'importance au dessin. Alors, je me concentre énormément à  la qualité et à  la clarté du dessin que d'autres managers. (Mais le plus important est... ) Je suis sûr que beaucoup de gens pense que "les personnages sont tout ce qui compte." Alors je ne vais pas le faire.

Le plus important est que l'artiste crée quelque chose que seul lui peut créer... quelque chose d'original et d'efficace. Je trouve ça plus important que beaucoup d'autres choses. La plupart des compétences, on peut améliorer par le travail mais l'originalité est quelque chose qu'on a de manière innée. Alors c'est sur cette qualité que je me focalise s'ils possèdent des aptitudes qui ne peuvent pas être apprises.

À quelle fréquence lisez vous des mangas apportés au bureau ?

Je travaille pour Shonen Jump depuis 8 ans maintenant et, à  ce niveau, on ne lit plus autant de mangas qu'à  nos débuts. Pendant mes trois premières années, je les lisais tous les jours.

Avez-vous parfois l'impression "Ce manga va faire un malheur"?

J'ai cette impression de temps en temps. Ceci dit, ça ne veut pas dire que la série va effectivement devenir un succès mais j'ai parfois l'impression. Je l'ai eu pour World Trigger. Je pouvais le sentir alors je voulais qu'il sorte le plus tôt possible. Mais Ashihara voulait un peu plus de temps pour être prêt alors on a passé 6 mois à  peu près pour améliorer la série. Mais oui, comme on pouvait s'y attendre, j'ai parfois cette impression. J'ai aussi de temps en temps l'impression inverse. Quand on travaille dur mais qu'on est toujours inquiet lors de la sortie. Ma réaction varie en fonction de la série.

World Trigger est la deuxième série d'Ashihara pour Jump. Comment s'est-il préparé ?

En fait, il n'a pas passé beaucoup de temps à  dessiner le manga. Il a surtout réfléchi sur les éléments de l'histoire.
Il s'est entrainé sur le dessin et le character design. Mais c'est pas comme si on se réunissait toutes les semaines. Il a passé pas mal de son temps à  concevoir des idées tout seul. Puis, une fois qu'il avait une idée en tête, il venait me demander mon avis. À la fin, il a crée un on-shot qui est devenu la base de World Trigger appelé Jitsuryoku-ha Elite Jin. Il contenait le personnage Jin, qui est actuellement dans World Trigger mais il était le personnage principal.

Et ce fut publié, ça s'est bien vendu et on pensait que ce serait bien de l'adapter en série. En se basant sur ça, il a crée World Trigger. Il est le genre de type qui fait tout tout seul et je lui ai fait un retour sur ce qu'il fait. C'est comme ça qu'il crée son manga.

Quel est la meilleur et la pire partie de votre travail ?

La meilleure partie arrive quand votre série marche bien. World Trigger est arrivé numéro 1 plusieurs fois dans les sondages et ça m'a rendu très heureux. Et les bouquins se vendent bien, pour l'instant, alors, pour un éditeur, c'est très agréable. La partie la plus dure est... Hmmm... Voyons voir... Quand le manga ne donne pas ce que vous avez en tête. Il faut pousser l'artiste dans la bonne direction pour surmonter ce blocage pour écrire ce qu'ils veulent écrire. Bien sur, c'est au mangaka de faire ça mais vous êtes son premier soutien. Chaque personne a besoin d'être soutenu d'une manière différente et y réfléchir et le faire sont la partie la plus difficile. Réfléchir à  comment aider votre mangaka qui a des difficultés est la partie la plus pénible d'un rédacteur en chef de manga.

Est ce que c'est difficile de quitter une série ?

Je travaille toujours sur les médias pour Naruto mais j'ai été responsable de One Piece durant cinq bonnes années à  la fois sur les médias et le manga. C'est plus de la moitié de ma carrière de rédacteur en chef. Et One Piece, c'est compliqué. C'est une grosse et importante série et ça génère beaucoup de stress. Alors, quand je l'ai quittée, j'ai ressenti du soulagement et beaucoup de satisfaction pour le travail accompli. La série est devenue très populaire pendant que j'en étais responsable. Je trouvais que j'avais beaucoup accompli et, en partant, j'ai eu un petit sentiment de soulagement et de liberté retrouvée. Par contre, il a fallu que je m'habitue à  ne pas travailler sur One Piece et ce fut plus dur que je m'y attendais. Je pensais que je serais content d'avoir plus de liberté de créer d'autres types de manga mais, en y réfléchissant, j'ai souvent eu envie de revenir travailler sur One Piece.

Combien de temps par semaine passez vous avec votre dessinateur ?

Ashihara et moi discutons beaucoup au téléphone et nous nous rencontrons habituellement le dimanche parce que nous habitons près l'un de l'autre. J'apporte des goûters et nous discutons un peu pendant qu'il dessine. Mais nous parlons au téléphone tous les jours.

Quelle est la meilleure chose que vous ayez fait pour aider votre dessinateur ?

Avec Oda, j'ai remarqué qu'il terminait deux heures plus tôt lorsque je lui apportais des donuts. Mais travailler dur chaque jour est la meilleure chose que je puisse faire.

Quel conseil donneriez vous à  quelqu'un qui veut devenir dessinateur ?

Un conseil ? Sans doute de ne pas copier les autres. Essayez de créer quelque chose de nouveau, quelque chose que seul vous pouvez créer. Et aussi, ne vous limitez pas au manga. Ouvrez vous à  toutes sortes de divertissement de qualité. Prenez ce que vous avez appris et créez quelque chose qui vient de vous. Si vous ne lisez que du manga et copiez ce que d'autres mangakas font, vous ne ferez que des choses qui ressemblent à  ce qui existe déjà . Cherchez de l'inspiration dans d'autres domaines, absorbez la et créez quelque chose qui vous est propre. C'est ça, mon conseil.

À quel point Bakuman est-il vrai ?

Le processus de création de manga est très fidèle mais les choses ne vont pas toujours aussi bien. Vous n'allez pas aller de succès en succès comme les personnages principaux de Bakuman. La route est beaucoup plus dure avec des échecs et des murs à  surmonter. Beaucoup de gens renoncent. Le processus est le même mais c'est moins dramatique que dans Bakuman. - c'est beaucoup moins intéressant.

Êtes vous aussi un bon tantô comme Akira Hattori dans Bakuman ?

Pas du tout. Personne n'est aussi bon ! Ça, c'est de la fiction pure ! J'aimerais beaucoup être aussi bon. Je serais directeur de publication en un instant. Puis je deviendrais le chef de la société. Le président de Shueisha.

Energel kawaï Pentel

tag:Cliquer sur les boutons pour afficher la liste des news ayant le même tag

shueisha kaze eichiro_oda interview reportage mangaka dessin

Commentaire

Crayon de couleur Frixion Artiste à découvrir

Billet sur le même thème

Et si #OnePiece avait déjà son casting? #Eichiro_odaDessin One Piece sur une bananeCe chien se prend pour Chopper One PieceDessin d'Eiichiro Oda le mangaka de One Piece#PlatinumEnd #SeraphOfTheEnd Les #Shikishis des #Mangakas de la Jump #Shueisha #DessinLe 4ème volume du Jump Ryu consacré à #Bleach #KuboTite #Mangaka #ShueishaEntretien très convivial avec @RealRonHoward. Merci @warnerbrosfr pour cette rencontre #AuCoeurDeLOcean!dessin les Avengers dans Interview with Heroes par Ken Ogino mangaka de Lady JusticeLe malade qui menaçait de mort le mangaka de #KurokoNoBasket a été arrêté. Il s'agit d'un homme d'Osaka de 36 ans. #kaze #j-one
News en relation avec cet article

Top de news

TVHLAND: Qui sommes nous?
Apprendre à dessiner: Tutoriels videos, articles...
Strip: Journal D'un Troller

Réseaux sociaux

© TVHLAND Tous droits réservés. Reproduction interdite sans permission écrite.
Toutes les marques et visuels citées sur TVHLAND appartiennent à leur propriétaire respectif.