People: Isao takahata
  • Nom: Takahata
  • Prénom: Isao
  • Nom en VO: 高畑勲
  • Genre: Homme
  • Nationalité: Japon
  • Catégorie: Mangaka
Description:Takahata Isao est né en 1935. Diplômé en littérature française à l’Université de Tôkyô, il fait son entrée dans l’animation en 1959, au sein du studio d’animation de Tôei. Takahata, qui n’est pas dessinateur, se consacre d’emblée à la mise en scène. En 1968, il signe son premier long métrage Horus, prince du Soleil, considéré aujourd’hui comme un tournant décisif dans l’histoire du dessin animé au Japon. Le film marque le début d’un long compagnonnage avec les animateurs Ôtsuka Yasuo et Miyazaki Hayao. En 1974, Takahata Isao initie, avec Heidi, dessinée par Kotabe Yôichi et Miyazaki Hayao, un nouveau standard de qualité pour le format télévisé de série. Parallèlement à son travail régulier pour le compte des grandes compagnies, il achève en 1981 la réalisation du long métrage Goshu le violoncelliste, couronné du prix Ôfuji, la distinction annuelle de référence pour l’animation au Japon, et premier jalon d’une recherche artistique entièrement orientée vers “l’invention du réel” en animation. À partir de ce film, en effet, Takahata se consacre à rendre compte de la réalité humaine de son pays, aussi bien dans le registre du drame que dans celui de la comédie. Après le succès de Nausicaä de la vallée du vent (1984) réalisé par Miyazaki et produit par Takahata, les deux hommes fondent le Studio Ghibli qui bénéficiera bientôt d’une aura internationale. Takahata Isao y réalise Le Tombeau des lucioles (1988), Souvenirs goutte à goutte (1991), Pompoko (1994) – prix du long métrage au festival d’Annecy – Mes voisins les Yamada (1999), et Le Conte de la Princesse Kaguya (2013), nominé aux Oscars. Takahata Isao est aujourd’hui l’exemple même d’un réalisateur qui a su mener, dans un cadre de production commerciale, un authentique itinéraire d’auteur. Il a reçu, en 2014, le Cristal d’Honneur d’Annecy pour l’ensemble de sa carrière, et a été fait officier de l’Ordre des Arts et des Lettres en avril 2015, pour l’ensemble de sa carrière de cinéaste, mais aussi en reconnaissance de ses diverses actions de promotion de la culture française. Francophile averti, Takahata a en effet traduit en japonais des textes de Giono comme plusieurs recueils de poésie de Prévert (dont Paroles) ; il a aussi fait distribuer au Japon des films d’animation français tels que Le Roi et l’Oiseau de Paul Grimault, Kirikou et la Sorcière, Azur et Asmar et Les Contes de la nuit de Michel Ocelot, ou encore Les Triplettes de Belleville et L’Illusioniste de Sylvain Chomet, n’hésitant pas à assurer la traduction des sous-titres, voire à superviser le doublage japonais le cas échéant.
Billet avec ce tag